Une forte communauté entrepreneuriale est-elle nécessaire à la prospérité du Québec?

Kim Auclair, présidente chez Niviti, une entreprise qui se spécialise dans la création et l’animation de communauté Web, a terminé son article en posant une question qui mérite qu’on prenne le temps d’au moins y réfléchir, sinon de tenter d’y répondre.

«À votre avis, dans quelle mesure une forte communauté entrepreneuriale est-elle nécessaire à la prospérité du Québec?»

Je vais tout d’abord vous raconter le contexte dans lequel j’ai connu Kim avant de développer ma réflexion à propos de la nécessité  d’une forte communauté entrepreneuriale au Québec.

Tout a commencé lors des Semaines de l’économie sociale organisées par la Table régionale d’économie sociale Chaudière-Appalaches et le Pôle régional d’économie sociale de la Capitale-Nationale. Le 12 novembre 2014 dernier, deux espaces de cotravail ont décidé d’unir leurs forces et d’organiser un évènement pour rassembler les entrepreneurs de la ville de Québec afin de mieux connaître les besoins des travailleurs autonomes, la situation actuelle du cotravail et ce qu’il manque pour le rendre plus cool et sexy. Espace Koala et Espace Niviti ont réussi à réunir comme participants des propriétaires d’espaces de cotravail, des entrepreneurs, des travailleurs autonomes, des personnes impliquées au sein de la ville de Québec et d’autres très actifs dans la promotion de l’économie sociale. En tout, une vingtaine de personnes ont assisté au premier Déjeuner-causerie qui s’est révélé être un moment de partage d’idées très inspirant. Les organisateurs, dont je fais partie en tant que présidente d’Espace Koala, ont même eu l’honneur d’accueillir Sara Hilal de Dok Station qui leur a fait profiter de son expérience en France et tout récemment au Québec, en gestion de communauté dans des espaces de cotravail. Près de trois heures de discussion enrichissante et participative où gens impliqués dans le milieu, nouveaux adeptes et curieux se sont mélangés dans l’harmonie la plus naturelle. Chose certaine, les organisateurs se sont promis que ce ne serait pas leur dernier évènement de la sorte.

Déjeuner-causerie

Maintenant que le contexte est raconté, je vais vous dire pourquoi une forte communauté entrepreneuriale est nécessaire à la prospérité du Québec.

Quand je pense à l’entrepreneuriat, plusieurs mots me viennent en tête: réseau, compétence, opportunité, innovation, vision, échange et dépassement de soi. Je perçois les entrepreneurs de mon entourage (et d’autres que je ne connais pas personnellement) comme étant des gens motivés et motivants qui ont su penser au-delà des règles établies et repousser leurs propres limites. Ce sont souvent des personnes plutôt extraverties et sociales qui n’ont pas hésité (bon, peut-être un peu au début) à aller voir des entrepreneurs bien établis et à partir à la recherche de ressources et de conseils. Je perçois les entrepreneurs comme des défricheurs qui ont su tracer leur chemin dans la jungle des affaires, souvent avec des outils de fortune qu’ils ont appris eux-mêmes à fabriquer. Ils ont également démontré une bonne maîtrise du ratio entre connaissance et expérience, et ont su au cours de leur parcours faire des aller-retour entre ces deux principes afin de toujours se perfectionner et élargir leur champs des possibles.

Alors voilà pourquoi, en fait, il est important d’avoir une forte communauté d’entrepreneurs dans la province. Voilà pourquoi il faut à tout prix que ces gens se mélangent, communiquent, échangent et s’entraident. Ce sont les bâtisseurs, les «doers» qui mettent les choses en action, qui provoquent le changement et qui le suivent de près afin de s’adapter à celui-ci pour en tirer profit. Ce sont des gens à l’affût et allumés qui se sentent bien dans le mouvement. Québec a tout avantage à soutenir et encourager la communauté entrepreneuriale de son territoire. Comment? Concrètement, je pense que ce pourrait être de commencer à la prendre au sérieux, et ce avant que ses acteurs aient atteint 50 ans ou un poste de dirigeant d’une entreprise de 50 millions. Des entrepreneurs, on en a qui sont encore à l’école secondaire! Le mieux, selon moi, serait de les «spotter» rapidement afin de leur offrir tout le support et les ressources dont ils auront besoin dans les prochaines années. Ces jeunes sont l’avenir du Québec et nous leur devons toute l’attention qu’ils méritent.

Soyez attentifs, elle est autour de vous, la communauté entrepreneuriale. Vous identifiez ceux qui la composent avec leurs mille projets en cours et au fait qu’ils dorment pas beaucoup. Ils ont l’étincelle dans l’oeil et le sourire aux lèvres. Ils sont motivés et motivants, et je m’en inspire chaque jour pour devenir moi-même une meilleure entrepreneure.

Je fais un clin d’oeil au passage à la belle gang des Inspirés, qui selon moi, est un merveilleux modèle d’entrepreneurs modernes dont a besoin le Québec.

Et vous, pensez-vous qu’une forte communauté entrepreneuriale est nécessaire à la prospérité du Québec? Je suis curieuse de vous lire à ce sujet.